MON PARCOURS

L’enfance

Mon parcours a démarré quand j’étais enfant par 3 ans à l’île de la Réunion, de mes 6 ans à mes 8 ans. Cette expérience de vie dans ce pays tropical m’a très fortement marquée et a particulièrement teinté mon parcours par la suite.

Après la Réunion, c’est à Lyon que j’ai continué ma scolarité et mes études dans des écoles privées catholiques jusqu’à ma prépa HEC.

Côté loisirs, de mes 8 à mes 20 ans, j’ai fait partie de l’Ensemble de Flûtes à Bec de Lyon, aussi appelé « Musique-Amitié ». Cela a été une véritable école de la Vie pour moi. Une ambiance de groupe et de vivre-ensemble avec des concerts, de nombreuses tournées à l’étranger (Danemark, Allemagne, Rep. Tchèque, Mexique, Norvège, Californie, Italie !) et une chef d’orchestre hors du commun…

De nombreux voyages linguistiques chaque été pendant mon enfance m’ont également apporté de multiples expériences multi-culturelles : Angleterre, Etats-Unis, Espagne, Australie.

Les études

La prépa m’a ensuite amenée jusqu’à l’école de commerce KEDGE Business School à Bordeaux. Ce que j’en retiens ? 2 expériences associatives intenses :

– mon implication dans l’association Melting Potes en devenant la présidente pendant un an au côté de 10 filles. Notre mission : accueillir les étudiants internationaux venant étudier chez nous et les intégrer avec les étudiants français.

– mon implication dans le pôle Accueil des Admissibles qui venaient passer les oraux pour rejoindre KEDGE. L’accueil : tout ce que j’aime. Un mois très intense et tellement enrichissant.

KEDGE m’a aussi permis de continuer à m’aventurer à l’étranger lors de mon stage de vente que j’ai effectué chez Port Aventura en Espagne ainsi que lors de mes 6 mois de stage de césure que j’ai réalisés dans une agende de voyage familiale à Quito, en Equateur.

A la présidence de Melting Potes !

Le Brésil – São Paulo

J’ai ensuite terminé mon école de commerce avec ma période d’échange linguistique de 6 mois que j’ai pu effectuer à São Paulo. Le Brésil m’a accueilli et m’a adopté ! J’y ai habité 6 ans grâce à deux expériences professionnelles différentes.

La première expérience sera à São Paulo chez Décathlon. Une expérience RH et une expérience en magasin en tant que responsable de rayon me confirment que j’aime le management, j’aime l’humain. Oui, j’aime m’occuper de mon équipe de vendeurs, les faire grandir, les aider dans leurs nœuds. Par contre, penser à la stratégie de vente de mon rayon pour faire croître mon chiffre d’affaires était beaucoup moins ma priorité. Oui, moi, je me remplis grâce à l’humain, c’est une évidence.

6 ans au Brésil

Le Brésil – Rio de Janeiro

La deuxième expérience sera à Rio de Janeiro chez GL events, grande entreprise Lyonnaise d’événementiel. Je mets en place l’antenne temporaire PROFIL, une agence d’hôtesse d’accueil pour les grands événements qui se tenaient au Brésil à cette époque : la Coupe des Confédérations de 2013, la Coupe du Monde de 2014, les Tests Events des Jeux Olympiques de 2015 et la Biennale du Livre de Rio de 2015. Embaucher, former, gérer sur le terrain de 4 à 200 hôtesses, d’une autre nationalité en plus de tout cela, n’ont plus de secrets pour moi.

Je confirme alors que c’est bien l’humain qui me passionne et l’humain quel que soit sont origine culturelle, sociale, de couleurs de peau, etc. A l’humain, se rajoute et se renforce mon goût pour l’événementiel, l’organisation et le terrain.

Coupe du Monde 2014

Le retour en France – Grenoble

En Octobre 2015, il était l’heure de rentrer en France. Malheureusement, ce retour n’a pas été si agréable pour moi car c’est une grosse crise d’eczéma, de la tête aux pieds qui m’a accompagnée tout l’hiver. Mais c’est justement cet eczéma qui a lancé mon parcours de travail sur moi : je devais comprendre d’où venait cette MAL-A-DIE et ce qu’elle venait me dire. Cela fait maintenant 5 ans que l’eczéma m’amène à travailler en profondeur sur moi au gré de ses aller-et-venues dans ma vie. L’eczéma m’amène à chercher et trouver ma place, pour trouver la paix en moi et rayonner autour de moi. Je remercie ce symptôme visible et désagréable d’être apparu et de me montrer ainsi le chemin.

Six mois après mon retour, c’est le Syndicat National des Moniteurs de Ski qui me demande de démarrer en tant que chef de projet pour lancer une plateforme informatique d’envergure. Dans ce nouveau post, j’aime travailler en mode projet et initier des nouveaux travaux mais je réalise que le côté humain et terrain me manque, le management ne correspond pas à mes attentes, je finis par en souffrir. C’est pourquoi je décide de ne terminer mon contrat à la fin de mon CDD en Janvier 2018.

J’ai alors entamé une période de chômage : j’ai commencé par avoir besoin de redécorer mon appartement « à mon goût », faire du tri dans ma garde-robe, mes classeurs, etc. pour ensuite prendre du temps pour me reconnecter à moi-même, à mes envies, à mes goûts, à mes plaisirs en faisant du bénévolat : auprès d’une association de SDF de Grenoble, pour le festival de Street Art, pour un événement d’Alternatiba et en me connectant à la nature avec une expérience de Woofing.

Septembre arrive et avec lui, ce fameux jour de la rentrée ! Et là, c’est un choc anaphylactique qui m’amène aux urgences pour une allergie aux cacahuètes liée à un choc émotionnel ! Je fais tilt : « oui, il est urgent que je fasse différemment pour cette rentrée ! »

A Grenoble

La transformation

A peine remise sur pied, je me fais embarquer par ma soeur au Festival pour l’Ecole de la Vie à Montpellier. Ce Festival est un réel déclencheur pour moi en termes d’ouverture d’esprit sur d’autres manières de faire dans de nombreux domaines. Mais c’est surtout au hasard des stands, que je rencontre une coach avec qui je vis une séance de coaching de 20 minutes très riche en prise de conscience pour moi !

Je me décide alors à m’offrir un accompagnement d’une quinzaine d’heures avec cette coach pour enfin TROUVER CE QUI ME CORRESPOND PROFESIONNELLEMENT, à 100%. Cet accompagnement va me faire voyager en moi-même jusqu’à des destinations que je n’aurai jamais imaginées.

Séance après séance, ma voie se révèle… Ce qui m’anime profondément c’est accompagner pour que l’évolution de chacun contribue à l’évolution du monde ! Oui, être coach est la voie qui me fait vibrer ! Tout ce que je disais pendant les séances de coaching se référait à ce métier.

C’était là, à l’intérieur de moi. Il n’y avait qu’à défricher pour découvrir ce qui était déjà présent. Clin d’oeil de la vie, peu de temps après avoir reconnue cette posture de coach en moi, j’ai retrouvé dans mes vieux dossiers papiers cet exercice pour un cours de Gestion de Carrières que j’avais adoré à São Paulo, soit 10 ans auparavant, alors que j’avais à peine 22 ans, sur lequel j’avais écris : « Je pense que je pourrai être une bonne coach pour les entreprises avec lesquelles je partage les valeurs mais en attendant, il me faut de l’expérience professionnelle ! »

« Je pense que je serai une bonne coach ! »

Le rêve réalisé

Une fois la posture de coach acceptée, en Mars 2019, j’ai rapidement eu l’envie d’acquérir des compétences professionnelles pour les ajouter à mes compétences humaines naturelles pour ce métier. Je me suis donc offert une formation sur 8 mois avec l’école Coaching Ways, école certifiée par la Fédération International de Coaching (ICF). Sept modules intenses pour une transformation intérieure et un apprentissage rigoureux du processus de coaching.

Aujourd’hui, je sais que je suis enfin à ma place. D’ailleurs, l’émotion est là en écrivant ces mots. Je crois que la notion de « place » est une notion qui me tiens à coeur. Si nous étions tous vraiment à notre place, je pense que le monde s’en porterai beaucoup mieux. Oui, exercer le métier de coach est celui qui m’anime profondément et je suis vraiment très heureuse de pouvoir maintenant, depuis Janvier 2020, vous accompagner à trouver et prendre également votre place, celle qui vous anime au plus profond de vous, avec mon entreprise Une ESCALE en Vous.

Le grand saut !

« Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve. »

Guy de Maupassant